• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

C'était un de ces soirs

VikThor

Maître Poète
#1
C'était un de ces soirs
où la burle soufflait
sous ses coups de buttoir
le square gémissait.

Les arbres ballottés
pliaient sous la furie
et de se dénuder
devenaient rabougris.

Sous la pile du pont
on se cachait gelés,
blottis sous les cartons
et la neige glacée.

C'est sous cette tempête
que tu as décidé
de fuir cette planète
qui t'avait rejetée.

Ton cœur privé de flamme
s'éteignit doucement
laissant partir ton âme
vers des cieux plus cléments.

Ton corps flétri de drames
j'ai porté jusqu'au trou
de cette vie infâme
il n'est plus rien de nous.

Me restent les étoiles
qui recouvrent mes nuits
je cherche dans ce voile
cet amour qui nous lie.

C'était un de ces soirs
où ma douleur hurlait,
des cris de désespoir
où le ciel gémissait.

Vik
 

Cortisone

Maître Poète
#6
C'était un de ces soirs
où la burle soufflait
sous ses coups de buttoir
le square gémissait.

Les arbres ballottés
pliaient sous la furie
et de se dénuder
devenaient rabougris.

Sous la pile du pont
on se cachait gelés,
blottis sous les cartons
et la neige glacée.

C'est sous cette tempête
que tu as décidé
de fuir cette planète
qui t'avait rejetée.

Ton cœur privé de flamme
s'éteignit doucement
laissant partir ton âme
vers des cieux plus cléments.

Ton corps flétri de drames
j'ai porté jusqu'au trou
de cette vie infâme
il n'est plus rien de nous.

Me restent les étoiles
qui recouvrent mes nuits
je cherche dans ce voile
cet amour qui nous lie.

C'était un de ces soirs
où ma douleur hurlait,
des cris de désespoir
où le ciel gémissait.

Vik
Sublimement beau. Je suis émue
Un grand merci Vik pour ce partage
Gaby
 

Vega46

Maître Poète
#7
Viktor l’homme au grand cœur face à la misère.
Dans l’indifférence presque totale l’âme quitte un corps gelé sans vie.
A t’il eu une vie ?...oui, une vie de misérable !.
Espérons que ce malheureux puisse enfin trouver la paix, une deuxième délivrance sous la voûte étoilée.
mon amitié Vik
Momo
MLCCACTP
 

Polymnie2

Maître Poète
#8
Une présence s'en est allée
un toi et moi jamais rassasié
illumine tes yeux fermés vers
une étoile rencontrée!

C'était un soir

Entouré de décombres,
d'indifférences
sans jamais retrouver
les sanglots pressés
tel un chapelet
se succèdent les
grains de beauté
d'amour sacrifié!

Ces partages épelés
racontent
le chaud dans le froid
les gestes d'amour
combien purs dans
le nu, sous l'étoilé!

c'était un soir
à chacun ces délices
de l'orfroi sur l'effroi!

Vik, une richesse sans pareille née
fait de richesses de la pauvreté!

Bises d'amitié, Poly
 
Dernière édition:

VikThor

Maître Poète
#10
prenant et émouvant poéme
qui ne laisse pas indifférent
je ne sais que dire pour soulager la douleur débordant des mots
Pont besoin de mots pour partager une émotion quand elle est grande... merci d'être passée

Re - bonsoir,
Je ne peux passer sans rien écrire
Tes vers serrent mon coeur
Douce nuit
Amicalement
Paule
oui chère amie on ne peut rester indifférent face à de telles situations qui hélas existent trop souvent. Merci

Tristement beau bravo Viktor amicalement KInkin
merci pour ton passage toujours amical

Sublimement beau. Je suis émue
Un grand merci Vik pour ce partage
Gaby
Merci chère Gaby pour ta solidarité toujours présente dans de nombreux domaines présente dans tes écrits

Viktor l’homme au grand cœur face à la misère.
Dans l’indifférence presque totale l’âme quitte un corps gelé sans vie.
A t’il eu une vie ?...oui, une vie de misérable !.
Espérons que ce malheureux puisse enfin trouver la paix, une deuxième délivrance sous la voûte étoilée.
mon amitié Vik
Momo
MLCCACTP
Et oui, Momo, comme tu le décris si bien la vie, pour certains, ne mérite pas ce nom et pour m'inspirer de Charles Aznavour, la misère est plus grande sous le froid de la rue et de l'indifférence. Amitié Vik

Uneprésence s'en est allée
un toi et moi jamais rassasié
illumine tes yeux fermés vers
une étoile rencontrée!
C'était un soir
Entouré de décombres,
d'indifférences
sans jamais retrouver
les sanglots pressés
tel un chapelet
se succèdent les
grains de beauté
d'amour sacrifié!
Ces partages épelés
racontent
le chaud dans le froid
les gestes d'amour
combien purs dans
le nu, sous l'étoilé!
c'était un soir
à chacun ces délices
de l'orfroi sur l'effroi!

Vik, une richesse sans pareille née
fait de richesses de la pauvreté!
Bises d'amitié, Poly
Chère Poly, toujours si expansive de son cœur tant ils est grand... Ton superbe est texte et résumes bien toute cette misère... merci


La pluie le froid arrivent et les sans abris aussi félicitations de réveiller nos consciences en hibernation bon Samedi
oui l'indifférence, souvent, n'est pas voulue mais la vie prenante des uns génère l'oubli des autres. La misère est si présente qu'on la banalise, on ne la voie plus. A nous de le rappeler comme ici avec vos visites... Merci. Amitié Vik
 
#11
C'était un de ces soirs
où la burle soufflait
sous ses coups de buttoir
le square gémissait.

Les arbres ballottés
pliaient sous la furie
et de se dénuder
devenaient rabougris.

Sous la pile du pont
on se cachait gelés,
blottis sous les cartons
et la neige glacée.

C'est sous cette tempête
que tu as décidé
de fuir cette planète
qui t'avait rejetée.

Ton cœur privé de flamme
s'éteignit doucement
laissant partir ton âme
vers des cieux plus cléments.

Ton corps flétri de drames
j'ai porté jusqu'au trou
de cette vie infâme
il n'est plus rien de nous.

Me restent les étoiles
qui recouvrent mes nuits
je cherche dans ce voile
cet amour qui nous lie.

C'était un de ces soirs
où ma douleur hurlait,
des cris de désespoir
où le ciel gémissait.

Vik

Tes mots, cher Vik , me serrent le coeur et mes yeux si verts s'envoilent de gris.


Bises tendres de Rose ***