• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

ATELIER créapoèmes

iboujo

Maître Poète
#21
Il est des plaisirs fous , où s'adonnent les hommes ,
Penches sur un corps , ils lui caressent les seins,
la femme, laissant faire ,monte cueillir la pomme,
Ils vont à corps à corps , s'enlacer ces oiseaux aerienx.

Les draps de satin , dans les odeurs frissonnent ,
La nuit est d'un superbe bleu marine ,
La nuit se réjouit ,de les voir , elle fredonne
Un air , "Quel souffle, narine contre narine...'

ABAB

Pour être sur la lancée de Daniel
sourire!
 
Dernière édition:
#22
Il est des plaisirs fous , et s'adonnent les hommes ,
Penches sur un corps féminin, ils lui caressent les seins,
Elle, la femme, le laissant faire ,monte a l'arbre cueillir la pomme,
Ils vont à corps perdus , s'enlacer , deux oiseaux aerienx.

Les draps de satin , dans les odeurs frissonnent ,
La nuit est d'un superbe bleu marine ,
La nuit se réjouit ainsi ,de les voir ,elle en fredonne
Un air , "Qu'il est doux leur souffle, ,narine contre narine...

ABAB

Pour être sur la lancée de Daniel
sourire!
Il est des plaisirs fous et s'adonnent les hommes,
Penches sur un corps féminin, ils lui caressent les seins,
Elle, la femme, le laissant faire ,monte a l'arbre cueillir la pomme,
Ils vont à corps perdus, s'enlacer, deux oiseaux masculins et aériens.

Il est des plaisirs flous où s’adonnent les femmes,
Hanches sur un corps masculin, elles caressent les poignées d’amour
Lui, l’homme, le bestial, montre la sève et la fève, fruits de son âme
Ils vont à corps perdus, s’entrelacer, subtiles et volatiles pour

Des draps de satin dont les odeurs frissonnent,
La nuit est d'un superbe bleu marine,
La nuit se réjouit ainsi ,de les voir, elle en fredonne
Un air de "Qu'il est doux leur souffle, narine contre narine".

Pas à pas enfin ses seins pointent
Le soir, deux lueurs divines
Cette nuit, je jouis, si loin ,"te
Viendrait" à l’esprit face à face, devine...
 

Vega46

Maître Poète
#23
Voilà du boulot pour l’atelier poétique un acrostiche sur le mot ALEXANDRIN que j’ai écrit en me fiant à mon oreille poétique.

Comme d’habitude j’ai recherché avant tout la fluidité de l’ensemble sachant qu’en comptant les pieds je ne prends pas mon pied !. Hi trois coups !.

Luze mon amie m’a fait gentiment remarqué la boiterie de l’ensemble je vous autorise donc de lui rendre sa stabilité tout en gardant son fluide envol !.

Je vais le récupérer je le mets dessous à vous de jouer !.

Amitiés
MLCCACP 6E0198B2-4991-4BA7-B531-1D9AAB2E3479.png