• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Ô liberté chérie.

#1
Ô liberté chérie.

De Guillaume à Lou,
Imaginaire.

C'est un petit paysage
Bulle de neige d'hiver
Sous les larmes d'une femme
Ô liberté chérie,

Chante rouge gorge encore,
Le printemps est un enfant
Qu'amidonne ta musique
Ô liberté chérie,

Sur les parfums de la Seine
Marianne en fit revivre
Des fleurs aux amours de Lou
Ô liberté chérie,

Et la rose va savoir,
Qu'Illumine tout lazur
À comme un goût d'amertume
Ô liberté chérie,

Que tu fus belle naguère
Au vole frais des colombes
Au dessus des municipes
Ô liberté chérie,

Ne reste plus de ton cipe
Qu'un sublime épouvantail
De lettre d'or dispersées
Ô liberté chérie,

Quand le blasphème triomphe
Tu meurs pour l'éternité
Puis tu renais pour mourir
Ô liberté chérie,

L'anathème de la paix
Est un azur bleu marine
Oui, je connais ton chagrin
Ô liberté chérie,

J'irai demain au soleil
Cueillir sur son arc-en-ciel
Les lettres de ton roman
Ô liberté chérie,

Puisque ta lumière aveugle
Celui qui ne sait te lire
J'écrirais mon bel amour,
Ô liberté chérie,

Tu réveilles les enfants
Qui écrivent tes poèmes,
Alors c'est rêveur que j'aime
Ô liberté chérie,

Voir les dessins de la Seine
Faire vivre Marianne
Et les fleurs d'amour de Lou
Ô liberté chérie,

Daniel beau le poète rêveur.
06 décembre 2018
Inknotpad
Google Chrome
15:09
 
#3
Ô liberté chérie.

De Guillaume à Lou,
Imaginaire.

C'est un petit paysage
Bulle de neige d'hiver
Sous les larmes d'une femme
Ô liberté chérie,

Chante rouge gorge encore,
Le printemps est un enfant
Qu'amidonne ta musique
Ô liberté chérie,

Sur les parfums de la Seine
Marianne en fit revivre
Des fleurs aux amours de Lou
Ô liberté chérie,

Et la rose va savoir,
Qu'Illumine tout lazur
À comme un goût d'amertume
Ô liberté chérie,

Que tu fus belle naguère
Au vole frais des colombes
Au dessus des municipes
Ô liberté chérie,

Ne reste plus de ton cipe
Qu'un sublime épouvantail
De lettre d'or dispersées
Ô liberté chérie,

Quand le blasphème triomphe
Tu meurs pour l'éternité
Puis tu renais pour mourir
Ô liberté chérie,

L'anathème de la paix
Est un azur bleu marine
Oui, je connais ton chagrin
Ô liberté chérie,

J'irai demain au soleil
Cueillir sur son arc-en-ciel
Les lettres de ton roman
Ô liberté chérie,

Puisque ta lumière aveugle
Celui qui ne sait te lire
J'écrirais mon bel amour,
Ô liberté chérie,

Tu réveilles les enfants
Qui écrivent tes poèmes,
Alors c'est rêveur que j'aime
Ô liberté chérie,

Voir les dessins de la Seine
Faire vivre Marianne
Et les fleurs d'amour de Lou
Ô liberté chérie,

Daniel beau le poète rêveur.
06 décembre 2018
Inknotpad
Google Chrome
15:09
Très beau poème sur la liberté Daniel
Merci de ce partage
Amicalement
Gaby